Diplômes secondaires et de l’enseignement spécialisé reconnus par la Conférence suisse des directeur

(IVS).- La CDIP a décidé d'accorder les reconnaissances aux quatre diplômes d'enseignement suivants délivrés par la HEP-VS : diplôme d'enseignement pour le secondaire I, diplôme d'enseignement pour les écoles de maturité, diplôme combiné secondaire I et écoles de maturité ainsi que diplôme pour l'enseignement spécialisé (en collaboration avec la HEP-VD). Cela signifie que les enseignants du secondaire et de l'enseignement spécialisé formés en Valais peuvent travailler sur tout le territoire suisse. La HEP-Valais offre ainsi toute la palette des formations possibles pour des enseignants intervenant de l'enfantine à la fin du collège.

En 2001, la HEP-VS ouvrait ses portes aux premiers étudiants de la filière préscolaire/primaire, reconnue par la CDIP en 2004 parmi les premières en Suisse. En 2004, l'offre de formation était étendue aux enseignants du secondaire par le lancement des premières volées du secondaire I et II. En 2008, les règlements de reconnaissance de la CDIP ont imposé de rallonger la durée de formation pédagogique pour les enseignants du Cycle d'orientation. En 2011 la HEP-VS a fêté sur ses sites de St-Maurice et de Brigue son 10ème anniversaire. Une année plus tard, au terme d'un processus qui a duré plus de deux ans, les diplômes délivrés par la HEP-VS sont reconnus.

Une reconnaissance largement validée
Plusieurs collèges d'experts nationaux complétés par des experts internationaux ont examiné sur dossier et in situ les plans de formations, la cohérence du système, les avis des acteurs et des bénéficiaires. De surcroît, une délégation de professeurs et d'étudiants a dû répondre aux questions approfondies des commissaires. Les reconnaissances attestent donc que l'enseignement dispensé en Valais correspond aux exigences définies par la règlementation suisse. Historiquement le Valais a toujours formé ses enseignants du primaire. En formant ceux du secondaire, c'est une étoffe nouvelle à haute valeur pédagogique et professionnelle qui permettra de créer de nouvelles places de travail.

Des formules à temps partiel très attractives 
Le Valais a choisi un modèle en emploi attractif, apprécié par les jeunes universitaires en possession d'un bachelor ou d'un master académiques ainsi qu'une modalité de collaboration avec la HEP-VD pour l'enseignement spécialisé conduisant également à un master en emploi de 120 crédits sur trois ans. Afin de rendre possible ce modèle en emploi, environ un tiers de la formation théorique (notamment des sciences de l'éducation) se déroule à distance grâce à des modules développés à cet effet par la HEP-VS.Il faut enfin relever que les HEP romandes mettent leurs forces en commun pour certaines didactiques du secondaire II (didactiques rares), soit : latin/grec, histoire de l'art, économie/droit, chimie. Dans le cadre de ces projets menés conjointement sous la direction de Fabio di Giacomo pour le dossier du secondaire et de Peter Summermatter pour celui de l'enseignement spécialisé, la direction de la HEP-VS dit sa gratitude à l'ensemble des personnes impliquées dans ce processus qui a duré plus de 2 ans, professeurs et étudiants, mais en particulier à Xavier Gaillard, Patrick Favre, Romaine Carrupt, Antoine Mudry, Olivier Delévaux, Jean-Marie Lavanchy et Hans Aschilier.

La Suisse Romande à St-Maurice
Une photo historique qui illustre la reconnaissance CDIP pour le secondaire. Pour la première fois dans l'histoire de l'éducation valaisanne, des étudiants de toute la Suisse romande réunis à la HEP-VS, site de St-Maurice. La classe de didactique d'économie et de droit de la formation pour le secondaire 2, dont 2 Valaisans du Valais Romand et une étudiante du Haut-Valais réunis pour la première fois en Valais à St-Maurice avec Patrice Clivaz, directeur de la HEP-VS (devant à droite) et Guilllaume Roduit, professeur à la HEP-VD, d'origine valaisanne (derrière à gauche)

cdip

Photo: Le professeur Roduit de la HEP-VD (derrière à gauche) et Patrice Clivaz, directeur HEP-VS (devant à droite) avec les étudiants romands du Secondaire 2, économie et droit à St-Maurice