Harcèlement entre pairs: 4ème colloque international organisé conjointement entre IUKB et la HEP-VS

Die Übersetzung ist in Bearbeitung und wird demnächst aufgeschaltet.

Le 4e colloque international de Sion , organisé par l'Institut Universitaire Kurt Bösch, l'Institut International des Droits de l'enfant et la Haute Ecole Pédagogique du Valais, a eu lieu du 3 au 4 mai 2012 sous le patronage du Conseil de l'Europe et du Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique. Il a réuni des professionnels de l'enfance et de la justice autour de la thématique du harcèlement entre pairs.

Dan Olweus, intervenant dans le cadre de ce colloque, est le premier chercheur à avoir travaillé de manière spécifique sur le harcèlement entre pairs. Il a défini le phénomène comme l'exposition d'un élève, de manière répétée et à long terme, à des actions négatives de la part d'un ou de plusieurs autres élèves. Son intervention a mis en évidence les formes variées (physique, verbal, à caractère sexuel) qu'il peut prendre. Il a également présenté son programme de prévention, utilisé dans de nombreux pays. D'autres experts internationaux, dont Regina Jensdottir (cheffe de la Division des droits des enfants au Conseil de l'Europe), Jean Zermatten (président du Comité des Droits de l'enfant des Nations Unies) et Eric Debarbieux (France), ont largement contribué à dessiner des axes d'action. En complémentarité, des interventions ancrées dans les réalités de terrain ont éclairé de manière interdisciplinaire les différents aspects de cette thématique. C'est là une des ambitions de ce colloque: offrir un espace de réflexion ainsi qu'une plateforme d'échanges entre chercheurs et praticiens pour améliorer les interventions ainsi que la prévention. Ainsi, plusieurs solutions cantonales et (inter-)nationales ont été présentées, de même que les outils juridiques qui permettent d'agir face à ce problème.

L'IUKB et la HEP-VS, par leurs directeurs respectif, Philip Jaffé et Patrice Clivaz ont dévoilé les résultats de l'enquête de prévalence du harcèlement qu'ils ont menée auprès de 4000 élèves valaisans. Zoe Moody , professeure à la HEP-VS, a assurée la coordination entre les deux instituts. La richesse des interventions a suscité l'intérêt des politiques aussi bien que des professionnels de l'école. Les interactions avec le public et lors de la table ronde ont été productives, mettant en évidence de nouvelles pistes d'action et d'intervention. 

 
harcelement_pairs.jpg
 

De gauche à droite : Frédy Constantin (Responsable conseillers sociaux, Genève), Di Giacomo Fabio (directeur adjoint HEP-VS), Reto Medici (Juge pour mineurs, Tessin), Marco Mombelli (Police cantonale, Tessin) et Giancarlo Piffero (Police cantonale, Tessin)