Le Valais parraine l'école suisse de Bogota

Le Valais parraine l’école suisse de Bogota

La HEP-VS au front

Zürich (pac) juillet 2017 : Les écoles suisses de l’étranger sont une vitrine du pays. Si la France en a plus de 400 dans le monde, la Suisse est beaucoup plus modeste avec sa quinzaine d’établissements. Un seul parmi eux offre une formation en français, à Bogota plus précisément. Avec Berne, le Valais est canton « parrain » de cette école. Son président le Valaisan Philippe Crettex a récemment rencontré Patrice Clivaz, directeur de la HEP-VS, qui assure le lien de parrainage.

bogotaChaque année les écoles suisses de l’étranger se retrouvent au pays pour un congrès. Ce dernier s’est tenu mi-juillet à Zürich avec en filigrane la présentation de l’impressionnante offre pédagogique de ce canton dont l’université tourne par exemple avec un budget de 1, 3 milliards de francs, soit quasiment  100 x le budget de la HEP-VS qui milite dans la même ligue de haute école. Certains cantons appuient de manière très concrète et financière les écoles de l’étranger. D’autres agissent de manière beaucoup plus modeste. C’est le cas du Valais qui est présent par un appui historique assuré par la HEP-VS sur le plan de formations continues données par la HEP-VS et par l’envoi de stagiaires.

Entremontant de Colombie
Cadre dans l’industrie chimique, le Valaisan Philippe Crettex a fait carrière à Bogota. Il préside l’école suisse qui a, à l’instar de la HEP-VS, comme particularité très rare d’assurer un enseignement tant en français qu’en allemand. Les discussions menées avec la HEP-VS ont démontré une volonté commune de développer le parrainage. La HEP-VS  ne disposant que d’une très petite marge de manœuvre pour ces actions internationales, le sujet sera porté au plus vite sur la table du Département.

Photo : de g. à d. Philippe Crettex, président de l’école suisse de Bogota, Patrice Clivaz, directeur de la HEP-VS et Cédric Schupisser, recteur de l’école suisse de Bogota.