Midi de la recherche avec Sylvie Richard

St-Maurice (pac) – avril 2018 : Faire semblant, rentrer dans un jeu de rôle. Les jeunes enfants y parviennent progressivement au cours du développement, mais l’enseignant-e doit profondément accompagner le capital essentiel incarné par les émotions. Ainsi, il s’agit par exemple d’utiliser les leviers tout en gérant les freins que constituent les émotions mixtes du petit enfant qui se réjouit d’aller dans une classe en ayant à la fois un peu peur. Joie, tristesse, colère et peur se laissent réguler par différentes stratégies dont des techniques physio-relaxantes. Avec son exposé sur ces questions, Sylvie Richard, professeure à la HEP-VS, a su captiver un large public d’enseignants et d’étudiants lors des Midis de la recherche.

midi rechercheLe projet de recherche de Sylvie Richard a été récemment présenté à Lyon lors de la journée de formation « Le cerveau à l’écoute du cœur ». Qu’est-ce que cela veut dire pour l’enfant « Sois attentif » ou « Calme-toi ».

Pratiquer les aptitudes émotionnelles par les jeux de rôle
Si un meilleur niveau langagier permet de plus facilement décrire et réguler les émotions, tout ne saurait passer par le langage à ce jeune âge et l’expérimentation permet de se « mettre dans la peau de ». Ainsi, l’enfant turbulent va jouer le rôle d’un docteur. Et comme un docteur, selon les règles de comportement à suivre quand on assume ce rôle, ça ne crie pas et ça ne s’emporte pas, l’enfant va pouvoir expérimenter, entraîner la sérénité d’une attitude et inhiber les actions qui ne correspondent à ce « rôle ». Sylvie Richard a ensuite présenté les résultats d’une comparaison d’études faites dans les années 50 par rapport à des études d’aujourd’hui sur la capacité à rester immobile dans un jeu de rôle, avec un voleur presque attrapé, qui doit se figer dans le silence. Les capacités à s’auto-contrôler ont diminué durant ce demi-siècle. Enseigner à jouer, en faisant semblant, apparaît comme une très fructueuse stratégie. Cela présuppose souvent que le maître ou la maîtresse n’hésite pas à participer pleinement dans les jeux de ses élèves, même si c’est à même sol.

Photo : Sylvie Richard durant son exposé.