Open Acces

Lausanne (pac) – octobre 2018 : La recherche scientifique progresse sur la base d’un accès facilité à des données et des publications. Le fantastique bon technologique de la digitalisation permet cet ouverture d’accès. La HEP-VD y travaille de manière pionnière avec son support ORFEE. Le colloque « Open Acces, levier pour la carrière académique » piloté par Jean-Luc Gilles, a permis à Patrice Clivaz de présenter la situation de la HEP-VS en la matière.

OpenAccessEn ouverture du colloque, Guillaume Vanhulst, directeur de la HEP-VD, a rappelé le cadre général. Dans le contexte du mouvement mondial pour l’open acces, en concomitance avec les exigences du Fonds nationale suisse de la recherche, la Confédération suisse a adopté en janvier 2017 une stratégie selon laquelle toutes les publications financées par les pouvoirs publics seront en accès libre en 2024.

Des négociations internationales avec les grands éditeurs
Axel Marion de swissuniversities a expliqué les grands enjeux des négociations qui se jouent présentement au niveau international avec les grands éditeurs. En Suisse, en 2017, le coût total de l’accès à l’information se chiffre à 109 mio de francs. dont 74% pour les abonnements. Pour Olivier Prosperi, chercheur à l’IRDP, un article sur open acces sera plus lu, donc meilleur pour les chercheurs, mais les revues les plus prestigieuses ne sont hélas pas sur Open acces. Bertrand Mure, de la HEP-VD constate qu’avec son repository ORFEE, la HEP-VD a connu très vite un brillant succès avec en quelques mois 1400 publications, dont 750 auteurs de la HEP-VD. 

La HEP-VS, des défis pour la Médiathèque Valais
Bernard Rentier, ancien recteur de l’université de Liège, a expliqué comment son institution avait pu anticiper de manière exemplaire ce mouvement d’ouverture il y a 10 ans. Dans ce puissant mouvement, la HEP-VS est consciente de son impossibilité de jouer un rôle international. Patrice Clivaz rappela toutefois que le principe de l’ouverture de publication des travaux les plus qualifiés d’étudiants était sur RERO une pratique très ancienne. La HEP-VS bénéficie des services en la matière de la Médiathèque valaisanne. Une montée en puissance dans ce secteur clé en terre valaisanne semble indispensable. Une collaboration plus étroite avec la HEP-VD pourrait être une piste intéressante.

Photo : Jean-Luc Gilles de la HEP-VS (2ème à gauche) Axel Marion, de swissuniversities, Bernard Rentier, Université de Liège, Olivier Prospery, IRDP, Patrice Clivaz, HEP-VS et Guillaume Vanhulst, HEP-VS en compagnie de chercheurs québéquois présents au colloque.