FAQ

1 crédit ECTS correspond à une charge de travail de 25h. Le poids de travail inclut toute activité faisant partie de la formation d’un étudiant au sens large dont:

  • La présence aux cours et séminaires (pouvant être calculée sur la base du nombre d’heures de contact entre étudiants et enseignants);
  • Les travaux pratiques (laboratoire, voyage d’études, etc.);
  • Le travail individuel en bibliothèque et à la maison;
  • La préparation et la passation des examens;
  • Les stages et activités pratiques soumis à une évaluation académique (participation à des associations d’étudiants, cours de langues préparatoires à la mobilité, par exemple);
  • La réalisation d’un travail de fin d’études (mémoire, travail de diplôme).

Pour plus d’information sur les crédits ECTS, il est recommandé de se référer aux recommandations de la CRUS disponibles au lien suivant : https://www.swissuniversities.ch/fileadmin/swissuniversities/Dokumente/Kammern/Kammer_UH/Empfehlungen/2003ectsrec_neu-2.pdf

Oui. Les titres académiques antérieurs au processus de Bologne sont pris en considération pour l’établissement des prérequis formels en vue d’une admission en formation. Le candidat doit s’adresser à l’université qui a délivré le titre universitaire pour obtenir une attestation d’équivalence. Si l’université ne lui délivre pas de document prouvant l’équivalence, le candidat devra fournir les descriptifs de cours officiels indiquant clairement le nombre d’heures d’enseignement suivi pour chaque cours en lien avec la ou les discipline.s d’enseignement envisagée.s. Il doit également fournir un fichier synthétique, reportant les intitulés des enseignements universitaires concernés et les heures d’enseignement y relatifs. La correspondance en termes de crédits ECTS est établie sur la base de ces informations.

Oui. Si un étudiant ou une étudiante a interrompu ses études dans une autres HEP en raison de son échec définitif aux cours, aux examens ou au stage, la poursuite des études est possible à la HEPVS au plus tôt 2 ans après la notification de l’exclusion des études (délai de carence).

Oui. En plus des prérequis académiques communs à chaque discipline de formation, il existe des conditions supplémentaires à remplir. Ces exigences concernent les disciplines suivantes :

  • Education physique/Sport
  • Economie & droit
  • Psychologie et pédagogie

Education physique/Sport :

Le bachelor ou master universitaire ou polytechnique requis respectivement pour la discipline enseignable « Education pohysique » ou « Sport » doit comprendre au moins 30 crédits ECTS d’études des activités sportives suivantes : agrès, athlétisme, basketball ou handball, éducation au mouvement, fondamentaux du jeu, football, habiletés motrices de base, natation, sports de neige, sports de glace, volleyball, ainsi qu’au moins un camp sportif.

Economie & droit :

Un titre de master universitaire en sciences économiques et/ou en droit ainsi qu’un volume minimal d’études universitaires en économie politique, économie d’entreprise et droit est exigé. Les études scientifiques doivent représenter un volume minimal de 120 crédits ECTS dans la première branche d’études, de 60 crédits ECTS dans la deuxième et de 30 crédits ECTS dans la troisième. Pour la première branche d’études, les crédits doivent avoir été obtenus aux cycles bachelor et master. Un diplôme pour l’enseignement de l’économie et du droit est considéré comme bi-disciplinaire.

Psychologie et pédagogie :

Pour la discipline d’enseignement pédagogie/psychologie en tant que première ou unique branche d’études, la pratique est la suivante :

  • Si les études scientifiques effectuées portent sur des branches d’études séparées, les crédits acquis doivent se monter à 120 crédits ECTS au minimum dans une branche et à 60 dans l’autre (obtenus aux cycles bachelor et master). L’habilitation à une deuxième discipline d’enseignement suppose l’acquisition de 90 crédits ECTS supplémentaires dans la branche d’études qui constituera la deuxième discipline d’enseignement.
  • Si les études scientifiques s’effectuent dans un cursus de pédagogie/psychologie, les crédits acquis dans ce cadre doivent se monter à un total de 120 crédits ECTS au minimum (obtenus aux cycles bachelor et master). L’habilitation à une deuxième discipline d’enseignement présuppose l’acquisition de 90 crédits ECTS supplémentaires dans la deuxième branche d’études.

Pour la discipline d’enseignement pédagogie/psychologie en tant que deuxième branche d’études, la pratique est la suivante :

  • Il faut acquérir au moins 90 crédits ECTS durant les études scientifiques, dont un minimum de 45 crédits ECTS par branche d’études.

Si vous êtes au bénéfice d'un diplôme d'enseignant obtenu à l'étranger, vous devez le faire reconnaître en vue de pratiquer en Suisse en vous adressant à la CDIP qui est l'organisme habilité à reconnaître leur équivalence avec les diplômes suisses. Cet organisme procède à une analyse des parcours étrangers afin de déterminer si des compléments sont nécessaires ou non. Voici le lien qui vous fournira toutes les explications nécessaires quant aux démarches à entreprendre : http://www.edk.ch/dyn/12041.php

Les documents à fournir sont :

  • CV
  • Lettre de motivation mettant en évidence la conception de l’enseignement et de l’apprentissage de la / du candidat.e et précisant les valeurs qui fondent sa future identité d’enseignant.e (le volume du texte sera compris entre une et deux pages A4 maximum)
  • Copie des titres de Bachelor et Master (avec les suppléments aux diplômes ou le relevé intermédiaire des notes)
  • Extrait du casier judiciaire daté de moins de 3 mois
  • Attestation de domicile
  • Photo passeport

Le cas échéant,

  • Copie de reconnaissance des titres étrangers
  • Copie de la décision de la CDIP concernant des mesures compensatoires
  • Attestation.s d’engagement dûment remplie.s et signée.s (à retourner dès que possible)

Les diplômes additionnels s’adressent aux personnes porteuses d’un titre d’enseignement reconnu sur le territoire suisse. Il existe 2 types de diplômes additionnels :

  • Diplôme additionnel –discipline additionnelle : il permet à l’enseignant déjà formé d’enseigner une discipline supplémentaire dans le degré correspondant à sa formation. Pour pouvoir envisager cette voie de formation, il est nécessaire de disposer de la formation académique requise dans la discipline visée (les prérequis académiques étant identiques à une entrée en formation, respectivement pour le secondaire I, secondaire II, ou la formation combinée).
  • Diplôme additionnel – autre degré : il permet à l’enseignant d’enseigner une ou deux disciplines dans un autre degré, pour autant que la ou les disciplines correspondent à celle.s pour la.les quelle.s il est déjà formé dans le cadre d’un premier diplôme d’enseignement.

Non. Les cursus de formations ne peuvent porter que sur une discipline (formation mono-disciplinaire) ou deux (formation bi-disciplinaire). En revanche, il est possible d’envisager, après l’obtention d’un premier diplôme, d’effectuer un diplôme additionnel pour l’enseignement d’une discipline additionnelle.

Dans le cadre de la formation au secondaire I, il est possible de se qualifier pour enseigner jusqu'à cinq disciplines, mais ce nombre est plus généralement de trois ou quatre.

Non. Toutes les formations dispensées par la HEPVS démarrent au semestre d’automne de chaque année académique.

Non. L’activité professionnelle ne permet pas de réduire la durée de formation, sauf dans le cadre d’une VAE (insérer lien hypertexte).

En revanche, un engagement ou un remplacement de longue durée (minimum 12 semaines consécutives dans le même établissement) dans l’une, respectivement les deux disciplines d’enseignement visées et dans le degré concerné, sont pris en compte dans le cadre de la formation de terrain. Le volume du stage systématique est alors réduit de moitié.