Actualités 2019

news2 215

Il se passe toujours quelque chose à la HEP-VS

« Mittwoch.Forum » sur le projet Wallis2030
Expérience précieuse acquise

Brigue (dhi) mai 2019 : Après le succès du premier « Mittwoch.Forum » en mars, l'événement de suivi a eu lieu. La plate-forme d'apprentissage Wallis2030 a été développée par le personnel de la HEP Valais en collaboration avec des enseignants du Haut-Valais. Peter Summermatter, Andrea Boltshauser et David Hischier ont parlé des expériences du projet et du contenu du matériel pédagogique numérique.

Wallis2030Peter Summermatter a expliqué dans son introduction comment le projet a vu le jour et comment les personnes impliquées étaient organisées. Il a souligné que la structure clairement définie avec un groupe d'accompagnement et de travail ainsi qu'un chef de projet comme relais était une condition préalable au succès. D'une part, les conditions cadres ont pu ainsi être clarifiées et créées et, d'autre part, le contenu a pu être travaillé. Le Directeur adjoint a également souligné que la mise en œuvre n'était probablement possible que grâce à un large soutien de la part du Département. Cela a simplifié la recherche de sponsors et donné au projet le poids nécessaire et une large acceptation au sein du canton. Même si un grand nombre d'acteurs, dont certains avaient des idées différentes, ont participé à la conception et au développement de la plateforme d'apprentissage, la personne responsable de la part de la HEP a soutenu que des structures et des processus identiques ou similaires seraient nécessaires pour les projets futurs.

Un support d'enseignement avec une base théorique
La didacticienne et responsable du groupe de travail Andrea Boltshauser a détaillé dans sa contribution les étapes, le contexte théorique du matériel pédagogique et l'orientation méthodique du projet. Même si l'achèvement du matériel didactique a pu être réalisé en mai comme prévu, l'emploi du temps était un peu serré du point de vue de la professeure. En particulier, les aspects techniques se sont révélés complexes. Dans ce contexte Andrea Boltshauser a parlé d'un projet dans le cadre du projet, car les solutions devaient être clarifiées dans un délai très court concernant l'attribution des droits, la création et le traitement du contenu numérique et la mise en œuvre dans les centres scolaires. Cependant, les difficultés techniques rencontrées pendant la phase de test par les classes d'essai ont été rapidement résolues et, en particulier, ont mis en évidence une condition de succès du projet : La coopération étroite entre la science et la pratique. Cette approche méthodique de la recherche en éducation axée sur le développement prévoit un processus mutuel dans l'élaboration de matériels didactiques. Par exemple, le personnel de la HEP-VS a fixé le cadre du contenu de l'enseignement sur la base du concept didactique de l'éducation pour le développement durable. Les enseignants du groupe de travail l'ont rempli d'idées pédagogiques. Par la suite, le personnel de la HEP-VS a élaboré les contenus sur une base théorique, qui à leur tour ont été discutés et testés par les praticiens. Ce retour d'information s'est traduit par l'optimisation du matériel pédagogique. 

Un service de la HEP-VS au caractère exemplaire
Le dernier intervenant, David Hischier, collaborateur scientifique du projet, a approfondi les aspects techniques ainsi que le contenu du matériel pédagogique. Après la présentation du contenu, le conférencier a conclu que la coopération avec d'autres employés tels que les animateurs pédagogiques ICT et NMG/GG/NT ainsi que le didacticien ICT s'est avérée particulièrement profitable. Ces synergies au sein de la HEP-VS doivent être exploitées encore davantage dans les projets futurs. Même si la plate-forme d'apprentissage et en particulier le travail des responsables de la HEP-VS ont été et sont encore salués de divers côtés, David Hischier a souligné que la plate-forme d'apprentissage pouvait encore être étendue même si elle était déjà de grande qualité et que, en termes de recherche pédagogique axée sur le développement, il serait certainement utile de mener une nouvelle enquête auprès des enseignants après son introduction en automne.

Photo :  Peter Summermatter, adjoint à la direction discute avec Edmund Steiner, organisateur du Mittwoch.Forum.

Chorales lémaniques
La France, le canton de Vaud et la HEP-VS à la Fouly

Monthey (pac) mai 2019 : Chaque 5 ans la belle tradition des chorales lémaniques séjourne en Valais. Par-delà les frontières, unis par une langue commune, les enfants chantent ensemble et découvrent une partie de notre canton. Le Val Ferret, La Fouly et le Théâtre du Martolet à St-Maurice ont été les étapes préparées par Jean-Maurice Delasoie.

chorale lemaniqueLa classe de Vouvry de mesdames Martine Barlatey et Tania Giannone a participé à cette édition 2019 qui a rassemblée 115 élèves provenant de tout le pourtour du Léman, de Chaneins dans l’Ain à Bex dans le canton de Vaud. Au programme figura bien entendu une bonne partie chantante, avec la découverte d’un répertoire divers. Les organisateurs ont fait le pari de s’approcher des parents et grands-parents en proposant un répertoire dit de variété, depuis les années 1950 à nos jours, chansons susceptibles d’être connues par eux et apprises par les élèves, créant une osmose musicale intéressante intergénérationnelle. Chaque chanson a une référence de danse bien connue. Pari audacieux, mais qui permet aux classes de développer leur imagination afin de proposer des mouvements sur ces chansons pour illustrer la dénomination du spectacle : AU P’TIT BAL et la production de gala dans le théâtre du Martolet. Fabio Di Giacomo y a représenté la Direction de la HEP-VS, charmé par l’élan vocal des chanteurs et le grand travail de tous les enseignants qui ont accompagné les enfants. Mais le Valais ne s’arrête pas au Chablais et le programme sportif concocté à la Fouly par Lionel Saillen a démontré que l’eau du lac était d’abord bien glacière du côté du Dolent, avant de s’écouler plus ou moins tranquillement dans le Rhône.

Cette riche rencontre se poursuivra par un dossier pédagogique au service des enseignants des différentes entités.

Photo : Jean-Maurice Delasoie, professeur et animateur pédagogique à la HEP-VS  et Tania Giaconne, enseignante à Vouvry sur la piste cendrée de La Fouly.

thumb classe

La HEP-VS s’engage pour le patrimoine 
Via Francigena sur le bon chemin

Orsières (pac) mai 2019 : Les compétences de base, telle celle d’être capable de lire ou de s’exprimer à haute et intelligible voix, sont essentielles. Quand elles se marient à la connaissance fine de l’histoire du lieu d’habitation et la connaissance et de la transmission des coutumes, l’objectif est atteint. Il l’a été avec le projet « Patrimoine, classes en action », que la HES-SO par l’institut du tourisme et la HEP-VS ont accompagné à Orsières et Evolène.

patrimoineEn collaboration avec les 2 communes d’Orsières et d’Evolène, les deux institutions et les écoles concernées ont permis à une centaine de jeunes des deux villages de se plonger sur l’histoire locale puis de devenir des guides expérimentés présentant à leurs aînés le patrimoine de leur région. Si du côté du Val d’Hérens, ce sont les costumes et la transhumance qui ont été documentés et explicités, du côté d’Orsières ce furent la Via Francigena et l’histoire de l’église paroissiale qui ont été à l’honneur. Cet apport mixte de la HES-SO et de la HEP-VS permet aux responsables locaux du tourisme de mettre en avant certaines productions comme carte de visite locale.

La via Francigena, le cœur de l’Europe bat au St-Bernard
Samuel Fierz, professeur à la HEP-VS a apporté le support scientifique et pédagogique qui a permis aux enseignantes et enseignants de motiver et encadrer les élèves. Dans son intervention officielle, Joachim Rausis, président d’Orsières, a souligné le double intérêt de sa commune, d’une part pour des enfants en pleine maîtrise du savoir historique de leur lieu de vie et d’autre part pour positionner une collectivité de montagne comme le lieu central de ce chemin unique qui depuis mille ans relie l’Angleterre à Rome avec ce passage obligé indispensable qu’à côté des pèlerins, ont également franchi des millions de personnes, des légions romaines à Napoléon. Pour Patrice Clivaz, directeur de la HEP-VS, en visite à Orsières lors de ce dimanche ouvert à la population, l’exercice de pilotage des groupes par les enfants, soit dans l’église, soit dans les rues du village, avec prise de parole ou lecture à haute voix, est un élément inoubliable et hautement formateur pour les jeunes élèves.

Photo : Les enfants d’Orsières, en habit de marcheur moderne et en pèlerin du Moyen Age, sous l’œil de la directrice des écoles primaires Véronique Laterza.

 

Nouvelle plateforme numérique pour une génération « tourisme » 
Le projet Wallis 2030 présenté à la HEP-VS

Brigue (dhi) mai 2019 : Le tourisme est omniprésent dans la majeure partie du canton et constitue un facteur important pour l'économie et la société. Afin de sensibiliser la jeunesse par rapport à ce secteur, avec les liens à faire avec l'agriculture, l'industrie et le commerce dans le canton, la HEP Valais, en collaboration avec différents partenaires, a développé un support pédagogique numérique pour la scolarité obligatoire sur la base d’un mandat conféré en grande partie à l’initiative du député-enseignant de la Valais de Saas, Konstantin Bumann.

DSC01834Les contenus de la plateforme d'apprentissage Wallis2030.ch se rapportent au Lehrplan21 et sont orientés vers le concept didactique d'éducation au développement durable (EDD) dans l'esprit de l'Agenda 2030 de la durabilité. Afin de rendre la discussion sur les contenus complexes authentique et compréhensible pour les élèves, une référence locale peut toujours être établie dans les modules à l'aide du matériel pédagogique. A cet effet, des observations directes ou des rencontres sur le terrain sont suggérées et du matériel numérique est mis à disposition des enseignants. Les 5 modules seront développés de la 3H à la 10/11OS pendant trois semaines scolaires chaque année. Dans l'esprit du développement durable, les élèves doivent non seulement connaître leur région, mais aussi reconnaître les interactions et façonner leurs visions de l'avenir.

Un projet d'enseignants pour les enseignants
Initiée par des directeurs d'école et des enseignants de plusieurs communes du Haut-Valais, la vision d'un outil pédagogique cantonal a été réalisée avec l'aide de la Haute école pédagogique du Valais et de divers partenaires. La combinaison du domaine pratique avec l'expertise pédagogique et didactique de la HEP-VS s'est avérée extrêmement profitable. Le Conseil d’Etat a annoncé que ce projet d’origine haut-valaisanne devrait être adapté et servir également au plus vite les classes du Bas-Valais. Quant à Damian Constantin de Valais Promotion, qui a fourni une bonne partie des éléments visuels, il s’est réjoui que par le travail de la HEP-VS les métiers du tourisme puissent devenir plus attractifs pour la prochaine génération.

Photo : de g. à d. Konstantin Bumann, chef du projet, Christophe Darbellay, chef du Département de l’économie et de la formation, Marcel Blumenthal, adjoint et remplaçant du chef du Service de l’enseignement,  Peter Summermatter, directeur adjoint de la HEP-VS.

 

HEP des Alpes 
En route vers le Convegno 2020 à Brig

Andermatt (pac) avril 2019 : Depuis bientôt une dizaine d’années les 3 HEP  des Grisons, du Tessin et du Valais ont joint leurs forces dans une collaboration alpine qui s’est concrétisée par des projets tels que « AlpConnectar » ou par le fameux Convegno, seul colloque où sont parlées les 4 langues nationales. Le prochaine Convegno se tiendra au début octobre 2020 à Brig.

IMG 6066L’ambiance de réduit national d’Andermatt, à mi-chemin entre Coire, Locarno et Brigue, donne à la rencontre annuelle entre les responsables des 3 HEP une dimension symbolique forte. Les 3 HEP se battent pour le renforcement de la décentralisation des activités de formation et pour le maintien d’un lien fort avec le terrain. Responsable de la recherche à la HEP-VS, Fabio Di Giacomo s’est réjoui que le projet AlpConnectar qui avait joint une classe de Monthey avec ses homologues grisons et tessinois ait pu être repris par l’agence nationale Movetia qui soutient les échanges linguistiques. La collaboration tricantonale dans l’axe entre le Nufenen et le Lukmanier se fait dans les quatre langues nationales, français, italien, romanche et allemand, ce qui rend cette coopération unique. Cette collaboration permet également de suivre de très près les éléments de numérisation dans l’enseignement et de l’intelligence artificielle, puisque si le Valais et le Tessin sont proches de l’EPF à Lausanne, les Grisons sont liés à l’EFF de Zürich.

Digitaliser les Alpes
La rencontre annuelle a permis de préparer de nouveaux projets de collaboration comme le projet de Fonds National commun « DigitaLing ». Les jalons pour le Convegno 2020 les 1er et 2 octobre ont également été posés. On y traitera de digitalisation en lien avec l’apprentissage des langues en mettant au centre la question de comment les nouveaux outils servent à l’apprentissage des savoirs langagiers.

Photo : Les 3 directeurs (à droite), Gianpaolo Curcio, de la HEP GR, Alberto Piatti de la SUPSI/DFA (HEP-TI) et Patrice Clivaz de la HEP-VS,  en compagnie de la délégation pour la coordination des activités communes des HEP des Alpes.

 

Colloque national de la chambre des HEP 
La proximité avec la branche scientifique mère

Lausanne (pac) avril 2019 : Après 3 éditions en Suisse alémanique, le colloque bisannuel de la Chambre des HEP s’est tenu en Suisse romande à la HEP-VD. La vision romande de la didactique a pu se frotter à celle alémanique.

IMG 6116Le colloque sur deux jours, vendredi et samedi à la HEP-VD, a été ouvert par l’analyse d’une professeure de l’université de Cologne. Cette didacticienne de l’économie, a analysé les zones de proximité scientifique de sa didactique, avec bien entendu une filiation avec l’économie, mais également de très forts apports de la politique et un découpage des branches dans le pays qui voit diverses combinaisons fédéralistes. Elle cita l’exemple d’une collégienne disant qu’elle était capable d’analyser un poème en 4 langues mais ne savait pas ce qu’étaient les impôts, démontrant ainsi la diversité des attentes.

La promotion du modèle 2Cr2D choisi par la HEP-VS
La HEP-VS dispense déjà des masters pour le secondaire 1 et pour l’enseignement spécialisé. Elle s’apprête à élargir sa palette avec les masters en didactique par le biais de la participation aux didactiques romandes du 2Cr2D. Bernard Schneuwly, directeur scientifique du 2Cr2D fit une démonstration magistrale de la qualité du modèle unique choisi par toute la Suisse romande. Les didactiques s’affranchissent bien en se créant une identité scientifique propre alors qu’en Suisse alémanique elles restent souvent très proches de la branche académique de base. Dans le cadre des ateliers, les professeurs de la HEP-VS Yann Vuillet, Chloe Gabathuler, Romaine Carrupt et Julie Mudry ont présenté « Formation didactique des enseignants, entre généricité et spécificités » dans le domaine de la Didactique comparée, Julie Candy a présenté  « La méthodologie d’une étude de la transposition didactique du concept d’idéal au niveau du Bachelor en France et en Suisse » et Ismail Milli « Analyse d’un dispositif de formation continue axé sur les programmes de calcul et la résolution de problèmes algébriques : dans le cadre de la didactique des mathématiques ». Quand à Raphael Brunner, il a présenté dans le cadre de la didactique des arts plastiques et visuels « Les usages de l’art. Quelques rouages de l’art, de ses régimes et de l’éducation au regard de divers dispositifs éducationnels et didactiques ».

Photo : Une partie de la délégation valaisanne au colloque, de g. à d :  Andréa Boltshauer, Efrem Kuonen, Chloe Gabathuler, Patrice Clivaz, Raphael Brunner, Christine Zengaffinen-Locher, Catherine Tobola, Julie Candy et Valérie Michelloud.

 

Journée des inventeurs 
HEP-VS et Bureau des métiers

Viège (pac) mars 2019 : Le projet à succès « Explore-it » est né grâce au soutien de la HEP-VS. René Providoli, professeur à la HEP-VS, a su générer un développement extraordinaire à la fondation connue par ses fameuses boîtes qui rendent la technique si accessible. L’édition 2019 de la Journée des inventeurs a permis de resserrer les liens avec l’industrie et le Bureau des métiers qui portent également le projet.

IMG 6064Le site industriel de Viège est un lieu prédestiné pour accueillir une manifestation qui met en scène le talent inventif des jeunes élèves. Avec l’appui du Bureau des métiers et l’accompagnement des jeunes apprentis de la Lonza, 5 classes d’école primaire dont 3 du Valais romand et 2 du Haut-Valais, ont vécu une journée entière au rythme de la création de micro-voitures électriques avec force cartons, épingles et petits morceaux de bois.

Un robot pédagogique en kit d’origine valaisanne
Afin d’appréhender dans le concret les mystères du fourmillement technique dans lequel nous vivons, les enfants ont eu pour consigne durant l’après-midi de partir du démontage de vieux appareils tels un baladeur ou un téléphone. Après le développement de plusieurs boîtes permettant de travailler des thèmes comme l’énergie issue de la chaleur ou du vent, Explore-it se lance maintenant dans les systèmes programmés. Le génie de l’équipe emmenée par le dynamisme de René Providoli prépare une nouvelle boîte où avec un minimum de composants, on approche les effets pédagogiques d’un autre fameux robot.

Photo : de g. à d :   Gaëtan Bruchez, enseignant primaire  et  vice-président de la SPVAL, une élève  « inventrice », Bernhard Zurbriggen, responsable des recherches de fonds pour le programme Explore-it,  Gabriel Décaillet, directeur du Bureau des métiers et Patrice Clivaz, directeur de la HEP-VS.

9 ème bâtiment pour la HEP-VS 
Une belle vitrine pour la filière du secondaire

St-Maurice (pac) mars 2019 : La parfaite collaboration de la HEP-VS avec la ville de St-Maurice a permis de faire avancer une demande ancienne de la HEP-VS, à savoir de disposer d’un espace un peu plus conforme pour la filière du secondaire. C’est chose faite depuis mai, avec l’extension de la HEP-VS dans son 9ème bâtiment, celui de l’Atelier.

9eme batimentL’opportunité d’utiliser un ancien cabinet médical situé à une dizaine de mètres du bâtiment principal était à saisir. Après quelques travaux d’adaptation, la filière pilotée par Carine Tripet Lièvre et Philippe Gay se retrouve très agréablement logée à plain-pied. Sur le site de St-Maurice, la HEP-VS s’étend donc dorénavant sur les bâtiments de Régina Pacis, de St-Augustin, du Dépôt, de la Tuilerie et de l’Atelier. Sur Brig il y a le bâtiment principal de l’Ancienne prison et les deux bâtiments Schulhaus Ost et Schulhaus West. Avec le petit espace de Gravelone à Sion pour l’animation pédagogique, ce sont donc 9 bâtiments qui permettent à la HEP-VS de développer ses activités, sans oublier les dizaines d’autres écoles du canton où sont données des formations continues décentralisées.

La formation en emploi pour le secondaire. Un succès confirmé
Cet éclatement sur des bâtiments tous au moins quinquagénaires ne facilite pas la vie de la haute école. La HEP-VS se réjouit des réflexions en cours au sein du Département pour au moins deux frontons à Brigue et St-Maurice un peu plus représentatifs. Elle se réjouit également d’avoir enfin pu donner à la filière du secondaire une base administrative en termes de locaux et d’accueil conforme aux exigences d’aujourd’hui. Depuis plusieurs années la formule en emploi choisie par la HEP-VS est quasiment victime de son succès avec un très grand nombre de postulants qu’il n’est pas possible de prendre en formation.  Xavier Gaillard, Patrick Favre et Antoine Mudry qui ont piloté la filière durant les 10 premières années depuis leur étroit bureau peuvent se réjouir de ce saut qualitatif.

Photo : de g. à d. Estelle Mueller, stagiaire MPC et Eliane Rausis, secrétaire dans la nouvelle zone administrative du Bâtiment l’Atelier.

Kultani au pays des Tschäggättä

Loetschental (pac) mars 2019 : A l’initiative d’Angela Werlen et de Nathalie Nanchen, les collaborateurs de la HEP-VS regroupés pour leurs loisirs conviviaux sous le vocable « Kultani », ont choisi le Lötschental pour une soirée avec les « masques » de la vallée de Loetschen.

En plein Carnaval, vêtus de peaux de bête, échevelés et tonitruants, les masques du Lötschental envahissent les rues de cette haute et mystérieuse vallée latérale qui s’étire du Tunnel de Goppenstein jusqu’à Blatten, au pied du majestueux Bietschhorn. La haute stature de ces figures païennes arborant un masque taillé dans l’arole horriblement grimaçant, le tschäggättä, le corps entouré de cloches, est un symbole fort de cette fabuleuse vallée alpine. Une quarantaine de personnes travaillant à la HEP-VS ont participé à cette belle sortie qui a permis, avec la visite du musée des Tschäggättä, de se plonger dans l’histoire profonde de la création de telles richesses culturelles et historiques.

Photo : de g. à d, Patrice Clivaz,  Samuel Fierz, Eliane Rausis et Julie Mudry Bourguinet au milieu de Tschäggettä.

Première journée d’étude consacrée à l’étonnement
Tout ce que PIRACEF peut apporter

St-Maurice (pac) – mars 2019 : PIRACEF, pour « Programme intercantonal romand pour les activités créatrices et l’économie familiale » est un des plus grands succès de la collaboration entre les HEP de Romandie. Dans ce cadre, la HEP-VS vient d’accueillir à St-Maurice la première journée d’étude labellisée PIRACEF sur un sujet qui a suscité un engouement généralisé, à savoir « l’étonnement » comme moteur d’apprentissage et comme lieu idéal des connexions possibles avec la créativité.

2019-03-05 PIRACEF_étonnementPIRACEF est placé sous la responsabilité d’un comité de pilotage emmené par Rachel Atanasio de la HEP-VD. L’organisation concrète de ce premier congrès a été placé sous la responsabilité conjointe de Sandra Coppey, professeure HEP-VS intervenant dans la formation PIRACEF et de Carine Tripet-Lièvre, déléguée de la HEP-VS au comité de pilotage PIRACEF. Plus de 120 personnes de tout l’espace romand y ont participé. La conférence inaugurale de Joris Thievenaz, professeur en Sciences de l’éducation à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris a permis de poser les jalons conceptuels nécessaire pour penser l’étonnement comme moteur de l’apprentissage et tenter de tisser les liens possibles avec le processus de création.

Un des fleurons de la collaboration romande
Apportant une conclusion à cette riche journée, Patrice Clivaz, directeur de la HEP-VS insista sur PIRACEF comme fleuron de la collaboration au sein du conseil académique des HEP de Romandie depuis une dizaine d’années. La formation sur 40 ECTS et 3 ans à en emploi a fait ses preuves. Le principe de décentralisation est consacré, tant et si bien que le site de St-Maurice a pu se profiler dans le domaine du métal. En ayant choisi les activités créatrices manuelles et l’économie familiale dans le cadre de cette collaboration, les HEP de Romandie ont donné un signe fort en direction de ces branches centrales qui, grâce au subtil passage par la main et le goût, donnent tant d’équilibre à l’intelligence. 

Le cuisinier, le danseur et la cinéaste
Des techniques traditionnelles de l’estampe en passant par les dangers de la manipulation des gouges ou le défi de des origamis avec des imprimantes 3D, la journée aborda le large spectre de branches qui jouent avec tous les sens. Les ateliers furent portés par une brochette de professionnels qui par leur amour du bel artefact subliment la noblesse de l’acte pédagogique. Ainsi, Julie Beauvais, metteur en scène, chorégraphe, directrice artistique, insista sur la différence entre l’étonnement collectif et individuel. Phillippe Ligron, chef cuisinier, mit l’homme et les produits de proximité au centre de l’assiette tandis que Guilherme Botelho, chorégraphe de la fameuse compagnie genevoise Alias, constata qu’on ne pouvait pas fabriquer de l’étonnement par un processus intellectuel, mais qu’il fallait passer par la sensation et l’émotion.

Photo : Patrice Clivaz, directeur de la HEP-VS, Joris Thievennaz, professeur à l’université de Paris, Guilherme Botelho, chorégraphe, Julie Bauvais, cinéaste, Carine Tripet-Lièvre, responsable pour le Valais du comité de PIRACEF et Sandra Coppey, organisatrice de la journée.